Trouver le juste équilibre


Pas évident pour moi de trouver un juste milieu, un juste équilibre… Pas évident parce que je passe mon temps à basculer d’un côté à un autre. D’un état à un autre. J’avoue que cette année-ci, qui est en train de s’achever, s’est bien déroulée mais ça n’a pas été non plus facile. Arrêter de se droguer, arrêter de fumer, des états qui fluctuent avec le traitement qui change en permanence, des fois où j’ai très mal géré ma bipolarité car essayée de dormir sans neuroleptiques, etc.

Bref, il s’en est passé des choses en une année. Parfois, je suis épuisée, essoufflée et je cherche un moment de repos. Mais, je suis très dur envers moi-même. Comme ma mère a été trop dure avec moi enfant et adolescente, il y a toujours cette petite voix en moi. Celle qui me dit lève-toi et fais le ménage ! C’est pas assez propre ! Fais ceci, fais cela au moment où je suis épuisée et où je cherche justement à lâcher prise.

D’ailleurs, j’ai rédigé un article sur le lâcher prise dans la section psychologie et pourtant, j’ai souvent du mal à lâcher prise moi-même !

Dans tout ça, je cherche un juste milieu. Un état où je ne suis ni amorphe, ni hyper active (bien que j’aimerais bien l’être au fond de moi). Mon frère est hyperactif. Je l’envie de faire autant de choses. D’être capable d’aboutir à tellement de choses dans sa vie personnelle et professionnelle.

De mon côté, c’est toujours entre les hauts et les bas. OK, mes humeurs se sont largement améliorées en un an, mais un an, c’est long. Et, je ne suis pas encore sortie d’affaire avec cette nouvelle phase down.

Trouver le juste équilibre, c’est apprendre à s’écouter. Agir quand il faut agir, mais aussi se reposer et lâcher prise quand c’est le moment.

Je suis du signe de la balance et de ce que j’ai appris, les balances cherchent leur équilibre. Ce n’est pas faux. Je l’admets.

En ce moment, je recherche de nouveau cet équilibre qui est si fragile chez moi. Il y a des jours où tout roule super bien et d’autres jours où c’est complètement l’inverse. Comme tout le monde me diriez-vous. Oui. En effet. Cependant, ressentir des hauts et des bas quand on est déjà fragile sur ce plan-là, pas si évident à gérer dans le quotidien.

Alors, comment ça se passe dans mon quotidien ? Je vais à un centre d’activités. Mais, il faut s’inscrire vu qu’ils limitent le nombre de participants à cause du coronavirus. Normal. Cependant, je m’inscris peu parce que j’ai tendance à annuler parce que pas la force de bouger. Mes rendez-vous ? Je tente du mieux que je peux de les honorer, mais plusieurs fois, j’ai annulé avec ma psychiatre par exemple. Donc, c’est toujours pas la grande forme.

J’oscille entre up and down. Alors, je réfléchis en ce moment et quand je médite, j’entends vas-y un jour à la fois.

Probablement que je dois être moins sévère envers moi-même ? Et que là l’équilibre viendra de lui-même ? Peut-être.

Leave a comment

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Translate »